Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic sur notre site. Vous consentez à l'utilisation de cookies si vous continuez à utiliser nos sites Web. Pour plus d'informations, lisez la page sur notre politique de confidentialité.
Affichage de contenus web
                 
Affichage de contenus web

Hélium

L’hélium est un gaz inerte aux nombreuses propriétés particulières. Il possède - si l’on exclut l’hydrogène - la masse moléculaire la plus faible de tous les éléments et est complètement inerte. Il ne formera donc pas de liaisons chimiques, même sous les températures les plus élevées.

Il est tout juste soluble dans les métaux et les alliages. Grâce au petit diamètre de son atome, il passe au travers de la plupart des non-métaux. À l’état liquide, l’hélium possède le point d’ébullition le plus faible de tous les gaz (4,2 K ou - 269 °C). Il est dès lors le liquide le plus froid sur terre.


Application

L’hélium vous fait automatiquement penser aux ballons s'élevant dans le ciel ? C’est en effet son application la plus connue. Mais le « gaz ascendant » connait d’autres applications techniques :

  • L’hélium possède une haute conductivité thermique, ce qui en fait un gaz populaire chez le soudeur par diffusion et dans le domaine des technologies de soudage et laser.
     
  • L’hélium est utilisé comme fluide réfrigérant nécessaire par exemple  dans la fabrication de fibres de verre.
     
  • Sa capacité de distribution supérieure en fait le gaz porteur idéal pour la chromatographie gazeuse.
     
  • L’hélium est le gaz le plus souvent utilisé pour la détection de fuites.
     
  • L’hélium liquide est utilisé comme liquide de refroidissement là où des températures extrêmement froides sont nécessaires (moins de -200 °C), mais où, pour des raisons économiques, des installations de refroidissement classiques ne sont pas utilisées. Ces applications sont souvent liées à la superconductivité.  Les applications les plus fréquentes sont :
    • Tomographie - résonance magnétique nucléaire (RMN)
    • Analyse de résonance magnétique nucléaire
    • Production d’aimants superconducteurs sur des accélérateurs de particules